L'engagement d'Alexandre Grothendieck durant la première moitié des années 1970

10 views

Formal Metadata

Title
L'engagement d'Alexandre Grothendieck durant la première moitié des années 1970
Title of Series
Part Number
5
Number of Parts
5
Author
Pessis, Céline
License
CC Attribution 3.0 Unported:
You are free to use, adapt and copy, distribute and transmit the work or content in adapted or unchanged form for any legal purpose as long as the work is attributed to the author in the manner specified by the author or licensor.
DOI
Publisher
Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS)
Release Date
2016
Language
French

Content Metadata

Subject Area
Abstract
Militant singulier ou porte-parole ? Retour sur l'engagement d'Alexandre Grothendieck durant la première moitié des années 1970 Le 27 janvier 1972, au Centre Européen de Recherches Nucléaires (CERN), citadelle d'une recherche de pointe, des centaines de technicien.ne.s et de physicien.ne.s se pressent pour écouter la conférence donnée par Alexandre Grothendieck. Intitulée «Allons-nous continuer la recherche scientifique?», celle-ci témoigne de l'engagement nouveau de ce célèbre mathématicien, devenu en quelques années un professionnel de la subversion au sein des institutions scientifiques. A partir de la présentation d'extraits de cette conférence, cet exposé se propose de revenir sur les motifs et les formes de l'engagement d'A. Grothendieck durant la première moitié des années 1970. Tout en restituant la spécificité du parcours de ce grand savant, il tentera de resituer son engagement dans l'agitation plus large qui traverse alors différents secteurs sociaux de la France de l'après mai 68. Celui-ci ne peut-il se lire comme un révélateur de la crise qui traverse alors une partie du milieu mathématique, comme semble en témoigner la composition du mouvement Survivre créé par Grothendieck ? Plus largement, Survivre, fondé sur le modèle des grands groupes de scientifiques engagés nord américains, ne constitue-il pas une des déclinaisons françaises, parmi les plus abouties, du mouvement d'auto-critique des sciences qui conduit alors de nombreux chercheurs à s'interroger sur les finalités de leur travail? Enfin, Survivre ne doit-il pas son succès, comme Grothendieck son audience, à son immersion dans les réseaux écologistes naissants, témoignant par là de l'apport décisif de la critique des sciences dans l'émergence du mouvement écologiste ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre en retraçant les différents temps de l'engagement de Grothendieck durant la première moitié des années 1970 et en éclairant les nouveaux réseaux qu'il côtoie alors.
Feedback

Timings

  395 ms - page object

Version

AV-Portal 3.9.2 (c7d7a940c57b22d0bc6d7f70d6f13fde2ef2d4b8)